Le Guards Grave Cemetery

    Enclave britannique en Forêt de Retz, ce cimetière abrite les restes des militaires tombés dans cette forêt le 1er septembre 1914 comme le rappelle une inscription gravée en anglais et en français : "Le terrain de ce cimetière a été concédé gratuitement par la nation française comme lieu de sépulture perpétuelle des héros des armées alliées tombés pendant la Grande Guerre de 1914-1918 et honorés ici ". Une autre inscription, en anglais cette fois, sur une plaque de métal, le confirme : "Ce cimetière a été construit et est entretenu par la Commission des tombes de guerre du Commonwealth ".

    © Office de tourisme Retz-en-Valois

     

    A l’entrée du cimetière, en bordure de la route, sur l’assise d’une grande croix, se détachent les mots : "Guards Grave MCMXIV. Leurs noms vivent pour l’éternité " (en anglais), entourés de l’inscription (en anglais et en français) : "Ici reposent 98 soldats britanniques tombés dans cette forêt le 1er septembre 1914 "

    Le cimetière proprement dit est situé en contrebas. Il contient, alignées contre le mur d’enceinte, 44 pierres tombales, chaque pierre désignant, pour la plupart, deux militaires. Toutefois, l’une d’elles est consacrée à 19 militaires inconnus, une autre à un soldat inconnu des Coldstream Guards et 4 de ces pierres correspondent aux sépultures distinctes des 4 officiers. La première, en partant de la gauche, est celle du sous-lieutenant George–Edward Cecil, tombé à l’âge de 18 ans. Tous ces braves appartenaient aux Guards ; Une seule exception concerne un soldat du régiment de l’East Lancashire.

    Beaucoup des morts des combats du 1er septembre et jours suivants avaient été enterrés, à l’origine, par les Allemands, dans une fosse creusée en forêt. Cette tombe fut ouverte le 16 novembre par un groupe de Britanniques, après la reprise du terrain au cours de l’avance du mois de septembre. Ce groupe comprenait le Lord Killanin, frère de George Morris, et le député Lord Robert Cecil, père du sous-lieutenant George Cecil, du 2ème Grenadiers. On découvrit quatre-vingt-dix-huit corps dont soixante-dix-huit purent être identifiés. Parmi eux, le lieutenant Geoffrey Lambton (Coldstream Guards) et le capitaine Tisdall (Irish Guards).

    Le corps de George Cecil fut reconnu grâce à ses bottes et aux initiales GEC sur son maillot et celui de George Morris ne fut identifié que par sa montre.

    Après l’exhumation, on creusa une nouvelle tombe pour les quatre-vingt-quatorze simples soldats, consacrée par le doyen Grimblot, curé de Villers-Cotterêts. Les corps des quatre officiers, placés dans des cercueils de bois, furent enterrés le lendemain dans le cimetière de Villers-Cotterêts, en présence d’une importante délégation d’autorités, tant militaires que civiles. 

    Après la guerre, vers 1922, les corps des quatre officiers furent à nouveau exhumés pour être transférés au cimetière créé pour accueillir les restes des quatre-vingt-dix-huit Irish Guards, Coldstream Guards et Grenadiers Guards tombés lors des combats de début septembre 1914.

    Pour géolocaliser le cimetière, cliquez ici

    • Générer en PDF
    • Suggérer