Le monument aux fusillés de Vingré

    Une affaire emblématique dès décembre 1914

    Le 27 novembre 1914, à la suite d’un violent bombardement, une patrouille allemande assaille une tranchée française. Surprise à l’heure de « la soupe », une demi-section du 298e R.I. qui occupe la tranchée se replie, à l’instar de son sous-lieutenant. Peu après, elle contre-attaque et regagne son emplacement initial. Mais ce recul momentané, finalement assez banal, est signalé à la division. Le général de Corps d’armée et le général de division, très mécontents des échecs offensifs à répétition dans ce secteur, et désireux d’affermir leur toute nouvelle autorité puisqu’ils ont été nommés  quinze jours auparavant, veulent faire des exemples. Le conseil de guerre spécial du régiment se réunit le 3 décembre et rend sa sentence à 19 heures 30. Sur les 24 hommes accusés d’abandon de poste en présence de l’ennemi, 6 sont condamnés à la peine de mort. Il s’agit des soldats Blanchard, Quinault, Gay, Pettelet, Durantet et du caporal Floch. Le lendemain, à 7 heures 30, les 6 hommes sont fusillés au hameau de Vingré.

    La réhabilitation et la mémoire des fusillés pour l'exemple  

    Ces exécutions pour l’exemple avaient durablement choqué les combattants du 298e R.I. Après la guerre, ils parviennent à mobiliser l’opinion publique et leur campagne est relayée par la Ligue des Droits de l’Homme ou encore par le journal l’Humanité . La Cour de Cassation, saisie de l’affaire, se prononce le 29 janvier 1921. Elle « casse et annule »  le jugement du 3 décembre 1914, réhabilitant ainsi la mémoire des 6 fusillés.

    Les anciens combattants du 298e R.I. font ensuite ériger un monument qui est inauguré le 5 avril 1925, situé à l'entrée du hameau de Vingré. Les noms des 6 fusillés, à la manière d’un chemin de croix, sont aussi individuellement gravés sur les maisons du hameau de Vingré. A côté de chaque patronyme, l’Association Soissonnais 14-18 a placé une photographie du fusillé ainsi que le texte de sa dernière lettre rédigée avant de mourir. En face du monument, se trouve une cave où les condamnés passèrent sans doute leur dernière nuit.

     

    Pour géolocaliser le site, cliquez ici

    • Générer en PDF
    • Suggérer