Stèle de Chasseval

    Situé sur la route forestière du Faîte, à une centaine de mètres de l'observatoire du général Mangin , ce monument est érigé à la mémoire du lieutenant Henri de Chasseval, du 11ème Dragons, tombé ici le 12 juin 1918 à l'âge de 25 ans.

     

     

    Le vicomte Henri du Chemin de Chasseval nait le 23 août 1892 à La Bussière (Loiret), Saint-Cyrien de la promotion de la Croix du Drapeau, il commande la section de mitrailleuses. Le 12 juin 1918, il se trouve au milieu de cette section appelée pour protéger le poste de commandement de la Division d'Infanterie, à la cote 255 (Tour Réaumont), lorsqu'entre 2h30 et 3h30, celui-ci subit d'intenses tirs d'artillerie allemande. Grièvement blessé, Henri du Chemin de Chasseval est évacué sur l'hôpital de Crépy-en-Valois, à l'ambulance 7/20, où il décède le jour même, des suites de ses blessures. Décoré de la Légion d'Honneur et de la Croix de Guerre, il reçut, à titre posthume, cette citation : "Excellent officier, d'une haute valeur morale. A montré en toutes occasions un sang-froid remarquable et le plus brillant courage. Blessé mortellement au milieu des hommes qu'il commandait".

    Le 11ème Dragons, un régiment dissous en 1916

    Le 11ème Dragons a été dissous le 7 août 1916 et fut divisé en deux demi-régiments, ses escadrons devenant escadrons divisionnaires de différentes divisions d’Infanterie. Dès le 12, le 1er demi-régiment, composé des troisième et quatrième escadrons, celui de Henri Duchemin de Chasseval, rejoignit la 60ème DI, en Champagne, tandis que le 2ème demi-régiment, 1er et 2ème escadrons, se retrouva dans le Nord, avec les Fusiliers Marins. A partir de juin 1918, de nouveau à cheval, tous prirent part aux durs combats en forêt de Villers-Cotterêts puis à la contre-offensive qui allait mener à la victoire où les Dragons maintinrent sans cesse le contact avec les arrière-gardes allemandes.

    Sources : picardie1418.com

    • Générer en PDF
    • Suggérer